Ce qu’il faut savoir sur la loi ALUR

  1. Possibilité en colocation de faire un bail spécifique entre chaque colocataire et le propriétaire. Auparavant, il n’y avait qu’un seul bail avec l’ensemble des colocataires qui étaient solidaires.

  2. Le propriétaire peut souscrire une assurance multirisques habitation pour le compte de ses colocataires. Le montant de la cotisation d’assurance peut alors être répercuté sur chaque colocataire. Cela permet de simplifier les démarches notamment lors du turnover des colocataires.

  3. Les charges locatives peuvent être forfaitaires pour la colocation ou au réel. Au forfait, il n’y a pas de régularisation contrairement au réel (provision mensuelle avant régularisation).

  4. La caution de chaque colocataire est clairement identifiée.

  5. Un syndic de copropriété ne peut pas interdire la colocation au sein d’un immeuble (lutte contre la discrimination).

Laisser un commentaire